Death Valley -> Yosemite

Screenshot_2015-02-12-06-17-01

Beatty to Bakerfied

Nous traversons à nouveau Death Valley depuis Beatty pour nous rendre dans le sud, obligation de contourner la Sierra Nevada puisque l’entrée Nord-est Du Yosemite est fermée l’hiver.

Marche dans un narrow canyon puis une route aventureuse (fermée mais pas complètement…) avec, mais oui, quelques gouttes de pluie !

Narrow canyon in Death Valley

Narrow canyon in Death Valley

La pluie !

La pluie !

Trona la désespérée

Trona la désespérée

En chemin, passage par la ville de Trona, ravagée par des tornades et à l’ambiance assez « fin du monde » bien qu’economiquement active, parce que minière.

 

On the road again again

On the road again again

Avant Bakersfield, détour par la vallée du lac Isabella, où la lumière était magique. Arrivée de nuit à Bakersfield où nous n’avions rien réservé, pensant trouver facilement un motel de bord de route. En fait c’est une ville immense et ce fût un peu galère de trouver quoi que ce soit, ce qui fût tout de même fait grâce aux aimables indications de marchants de tacos !

Vers le lac Isabella

Vers le lac Isabella

 

Ruines US

Ruines US

Bakersfield to Sequoia Park

Petit déjeuner au burger du coin, plus un café au Starbuck, et nous voilà partis vers Yosemite, en décidant au dernier moment du détour par Sequoia Park.

Les sequoias, c’est banal de le dire, mais c’est vrai, c’est…  Géant, et même carrément bluffant, surtout lorsqu’il y a d’autres arbres à côté, ici de grands pins qui ne démériteraint pas dans nos forêts. Il y a des choses comme cela qui restent plus fortes dans la réalité et que, bien que largement déflorée, préservent leur capacité à surprendre.

 

Arrivée à l’hôtel à Fish Camp de nuit, sous des trombes d’eau, et par une route étroite et sinueuse. Pas fâché d’arriver.

 

Death Valley

Screenshot_2015-02-06-01-27-18

Las Vegas -> Death Valley

La vallée de la mort…  Bien entendu c’est tout ce qu’il y a de mythique, et c’est vrai, ces immensités sont impressionnantes, pris en détail chaque endroit visité n’est ni le plus beau ni le plus impressionnant que nous ayons vu, mais l’ensemble en impose. Et puis ce n’est pas tous les jours que l’on descend à moins 84 m sans bouteille, sinon d’eau, étant donné qu’il faisait déjà 93 C fareinheit.